Parue le 7 mars 2014, la version 3.3 du préprocesseur Sass apporte son lot de nouveautés que je vous propose de découvrir dans une série de billets.

Pour nous mettre en jambe, attardons-nous sur les maps. Ce nouveau type de données vient s’ajouter aux types déjà existant, à avoir les chaînes de caractères (string), les valeurs numériques (number), les couleurs (color), les booléens (boolean) et les listes (list).

Une donnée de type map permet de structurer les données par couple clé / valeur, comme nous le faisons depuis des lustres avec les tableaux PHP ou encore les structures JSON.

Continuer la lecture de l’article « Sass 3.3 : le nouveau type de données Maps »

Sass, le préprocesseur CSS, a rejoint ma boîte à outils d’intégrateur web au début de l’année 2010. Cela fera donc quatre ans que je l’utilise quotidiennement avec son acolyte Compass, le framework CSS3. Mais jusqu’à présent, hormis l’écriture de quelques billets sur le sujet sur ce blog, je partageais uniquement mon expérience via Twitter ou Stack Overflow. Autant dire que l’information était difficile à trouver.

Plusieurs exemplaires du livre Sass et Compass avancé

Continuer la lecture de l’article « Livre : Sass & Compass avancé, optimiser ses feuilles de styles CSS »

En ce premier jour du mois d’octobre 2013, j’ai participé en tant qu’orateur à la première édition du cycle de conférences BLEND Web Mix, organisé à Lyon.

Intitulée Intégrateur web, aime Sass pour ton bien, ma conférence se focalisait sur des astuces qui répondent à de réels cas de figures que j’ai pu rencontrer ces derniers mois. Compass est aussi à l’honneur avec des exemples de fonctionnalités qui simplifie la vie de l’intégrateur, avec notamment une écriture facilité du modèle de boîte Flexbox ou encore la création de sprites CSS HD (ou Retina).

Continuer la lecture de l’article « BLEND Web Mix, édition 2013 »

J’ai eu la chance de participer ce vendredi 17 mai au cycle de conférences de Sud Web 2013 en tant qu’orateur.
Ce fut pour moi une nouvelle expérience puisque c’était ma première participation à un évènement dont la réputation n’est plus à faire dans le milieu professionnel dans lequel j’évolue. De plus, alors que je m’étais déjà exercé au format de l’atelier lors du Web Event Lyon #4, je n’avais encore jamais eu à me frotter au format de la conférence. De quoi me procurer une bonne dose de stress :-)

Ma conférence intitulée Sass et Compass ont embelli mon quotidien avait pour but de présenter quelques points qui m’ont fait adopter ce préprocesseur CSS et, surtout, qui m’ont permis d’améliorer mon quotidien notamment en me simplifiant la vie.

MAJ du 22/07/13 : la vidéo de la conférence a été publiée. Elle est disponible dans la suite du billet.

Continuer la lecture de l’article « Sud Web, édition 2013 »

Important

Depuis l’écriture de ce billet j’ai trouvé plus intéressant de s’affranchir de RVM qui n’est finalement pas obligatoire pour pouvoir utiliser Sass et Compass.
En effet, les développeurs du préprocesseurs portent un soin particulier à la compatibilité de l’outil avec les différentes version de Ruby. Ainsi, je n’utilise plus que Bundler pour gérer mes versions des gems dans mes projets.
L’installation et l’utilisation de Bundler dans des projets Sass/Compass est détaillée dans le chapitre 6 du livre Sass et Compass avancé.

Maintenir un environnement de développement est toujours délicat lorsqu’il doit convenir à plusieurs projets et leurs pré-requis. Cela se vérifie d’autant plus qu’il nous faut désormais jongler avec des projets hybrides (PHP, Ruby, Node.js, etc). Le cas de figure se rencontre lorsque des projets PHP font appels au préprocesseur Sass et Compass, son framework CSS3, tous deux en Ruby.

Les amateurs de Ruby dirons que des outils existent pour simplifier la tâche. Et ils ont raison ! Cependant, tout le monde n’est pas rubiste dans l’âme et c’est pourquoi je vous présentais il y a quelques mois une méthode pour maintenir plusieurs versions de Compass. Je reviens sur cette question épineuse parce que je suis arrivé à la limite de la solution.
En effet, je dois aujourd’hui gérer de nombreuses versions de Compass disséminées dans bien des projets. Et autant le dire clairement, consulter un README pour me rafraîchir la mémoire quant à la version de Compass (et autres outils en Ruby) requise par un projet me fatigue. Il en va de même pour mes collègues.

Heureusement pour nous, l’évolution des outils que sont RVM et Bundler offre désormais une gestion simplifiée de projets Sass et Compass, voire automatisée !

Continuer la lecture de l’article « Gestion avancée de Sass et Compass avec RVM et Bundler »


Syndication

Réseaux sociaux